Soline Baranton, arbitre ABFC

Le club compte plusieurs arbitres dont Soline Baranton qui officie depuis plusieurs années.

Bonjour Soline. Peux-tu te présenter ?

J’ai 17 ans, j’étais en terminale économique et sociale au lycée Largenté à Bayonne et je me dirige vers une classe préparatoire littéraire aux grandes écoles.

Tu étais joueuse à l’ABFC et tu as décidé de te lancer dans l’arbitrage. Pourquoi ce choix ?

J’ai joué à l’ABCF pendant un an. J’ai toujours aimé le sport et c’est pourquoi j’ai désiré m’inscrire dans un club de football.

A la fin de la saison, j’ai décidé de ne pas renouveler ma licence de joueuse car j’avais peur que les entraînements ainsi que les matchs n’empiètent trop sur mon temps de travail durant mon année de première.

Le club m’a proposé si je souhaitais devenir arbitre officiel, ce qui demande d’être disponible bien entendu, mais cette activité me laissait plus de temps. J’ai longuement réfléchi car il existe toujours des appréhensions lorsque l’on se lance dans un domaine qui nous est presque inconnu mais je ne regrette absolument pas ma décision.

Peux-tu nous expliquer ton parcours pour devenir arbitre ?

Je suis partie de rien. Avant d’être joueuse, il est vrai que je regardais les matchs de football qui passaient à la télé mais ma lecture du match était très partielle. Toutes les personnes désireuses de devenir arbitre de football participent à quelques cours pour apprendre les bases de l’arbitrage, un livret nous est offert pour pouvoir approfondir nos connaissances. Il a également été organisé des stages pour nous apprendre la théorie mais aussi la pratique qui est évidemment essentielle. Un examen est prévu dans le but de valider nos compétences et de nous certifier comme arbitre officiel.

Qu’as-tu ressenti sur le terrain, avec un sifflet ?

Il est vrai qu’on ressent énormément de pression, surtout la première fois que l’on revêt sa tenue d’arbitre car l’arbitre porte beaucoup de responsabilités, c’est lui qui définit en quelque sorte le cours du jeu.

Il faut être sportif, impartial, cohérent, tolérant et sûr de soi. L’arbitrage est un très bon exercice pour apprendre aux plus jeunes à prendre confiance en eux. L’appréhension du match s’envole lorsque l’habitude nous vient. Au bout de quelques matchs, il est nettement plus facile de discerner tous les faits du match. C’est à partir du moment où l’on se sent à l’aise sur le terrain qu’on prend réellement du plaisir à arbitrer.

Conseillerais-tu à un proche de se lancer dans l’arbitrage ?

Bien sûr, c’est une très belle expérience. J’ai pour ma part appris beaucoup de choses. N’importe qui peut devenir arbitre, il ne faut pas essentiellement y avoir baigné depuis son enfance, l’arbitrage est un domaine ou l’on apprend vite.

Qu’est ce qu’un bon arbitre selon toi ?

C’est une question très relative. Chaque arbitre est avant tout un être humain et laisse transparaître des traits de caractère dans sa façon d’arbitrer le match, ce qui fait qu’ils n’ont pas tous le même comportement face à certaines situations. Je dirai donc qu’un bon arbitre c’est avant tout une personne qui aime le football, qui exerce cette activité avec enthousiasme et pas uniquement pour la rémunération.

Bien entendu, un bon arbitre doit aussi connaître les lois pour pouvoir les appliquer avec certaines nuances, il doit aussi avoir des performances physiques, mais ces deux choses s’apprennent, se travaillent, tandis que l’enthousiasme on ne l’apprend pas, on le cultive au fil des matchs.

Merci Soline pour ta disponibilité et bonne continuation dans le milieu arbitral.

Saison 2016 / 2017